Festivités

La Corrida

Torero dress, fighting bull

Expliquer le terme corrida n’est pas chose simple car elle implique les règles d’un spectacle qui est très différent de tous les autres. La raison est que tout art est différent.
Il existe pourtant un rite et une ligne directive qui se répète souvent dans la corrida.  La corrida est issue d’une longue tradition remontant à l’époque de Francisco Romero et son traité de tauromachie en 1836. En général, dans l’arène, la corrida débute par un paseo, sorte de défilé initial pour présenter les toreros. Ils vont traverser l’arène pour s’adresser à la présidence et demander la clé symbolique pour ouvrir l’enclo. Le combat se déroule en 3 parties (« tercios »). Durant le premier « tercio » ou le tierco de Pique, 2 picadors blessent le taureau, afin de l’affaiblir, avec de longs pique. Cela permet aussi d’évaluer le comportement du taureau. Durant le second « tercio » ou le tierco de banderilles, le matador plante 3 paires de banderilles dans le dos du taureau. Pour finir, le troisième « tierco » ou la mise à mort, le matador effectue une faena (série de passe avec une muleta – ou le drap rouge) et met à mort le taureau par l’estocade. C’est cette dernière partie qui est considéré comme une « œuvre d’art » vivante et éphémère.

La corrida est aujourd’hui considérée comme une course de taureau tel qu’on peut en Espagne, au Portugal, en France et en Amérique Latine. Cependant, avant d’être comme elles le sont présentées maintenant, les corridas ont connues une longue histoire sur plus siècles. Les origines de la corrida restent très vagues, malgré l’importance qu’elle avait durant l’antiquité autour du bassin méditerranéen.  Il est dit que le taureau en question faisait parti d’une race bien spécifique, le Auroch, et vivait dans les forêts primitives d’Espagne. Déjà dans la Bible, on peut trouver des références au sacrifice des taureaux en holocauste de la justice divine car le taureau était considéré comme symbole de force, de férocité et d’agressivité. Une autre histoire considérait la chasse au taureau exprimait, outre l’affrontement et la force physique, la capacité à la compétence. L’Espagne médiévale garde la corrida comme un sport de noblesse.

Catégories :Festivités

Tagué:,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s